samedi 7 janvier 2017

Venise magique

 ©photo Cleia 2017

©photo Cleia 2017

 
©photo Cleia 2017


En ce jour de janvier qui fête la "befana" , un froid rigoureux enveloppe la lagune en dépit d'un soleil toujours présent.  Emmitouflé de couleurs solaires et moelleuses le promeneur s'émerveille  de ces modestes  rayons qui réchauffent les cœurs à défaut de réchauffer les corps. Le facétieux soleil dans son déclin flirte avec la lagune avant de s'âbimer en mer, se noyant dans son incandescente majesté. Au crépuscule du soir, les oiseaux s'effacent et la terre s'éclaire. Une douce lueur subsiste encore, avant de s'abandonner aux froideurs nocturnes. C'est cet instant précis que je vous  invite à partager, cette Venise fugace et insaisissable, que seul un appareil photographique peut merveilleusement vous conter.  Cleia.

jeudi 5 janvier 2017

Et dans le ciel de Venise ....





Beaucoup d'oiseaux se retrouvent dans le ciel de Venise en ce moment et ils ont bien raison ...
©photos Cleia 2017

mardi 3 janvier 2017

lundi 14 novembre 2016

Venise en partage







photos©Cleia

Venise magique avec ses tons rosés et ses sublimes couchers de soleil, voici le spectacle qu'elle offre aux heureux veinards qui la retrouvent ces jours-ci ... 
Merci à Claudie pour ce superbe cadeau !

dimanche 14 août 2016

♥♥♥ Il giorno di VenetiaMicio ♥♥♥



Comme disait il y a peu de temps, Martine dans son blog Per l'Amore di Venezia, nos blogs sont devenus bien silencieux et pourtant pendant 7 années j'ai trouvé beaucoup de bonheur et de plaisir à faire toutes ces rencontres plus ou moins virtuelles, dans tous les domaines, bien entendu, pas uniquement sur Venise.
Je n'ai jamais retrouvé "ailleurs" les mots, les échanges, comme ce le fut ici !

J'avoue humblement que depuis une ou deux années, mes séjours vénitiens sont plus rares.
Il m'est difficile de retrouver ces bons moments qu'elle sait offrir à tous ceux qui l'aiment (vous savez ceux qui sont assez fous pour faire un blog uniquement sur elle et qui ont toujours son nom à la bouche) !
Pour cela il faut ramener des photos, certes, mais aussi remplir son coeur de toutes les sensations qu'elle nous procure à chaque instant. N'ayant plus ces ressources, il me semble que je ne sais plus parler d'elle... Heureusement que je peux aller rendre visite à quelques amis(es) qui la retrouvent régulièrement et qui continuent de parler toujours aussi passionnément de notre Bella.


vendredi 29 juillet 2016

Dans la chaleur de l'été





Ombre et lumière, reflets, regards, moments choisis, comme elle est belle à chaque instant ♥
photos©Cleia

lundi 27 juin 2016

Dans la chaleur de l'été






La lumière est dense, elle joue avec les ombres et offre ces moments uniques.
photos©Cleia  

dimanche 22 mai 2016

Le cloître de Sant'Elena













C'était la première fois que je m'aventurais aussi loin, après le rio del Giardini et les pavillons de la Biennale d'Arte...
Agréablement surprise par cette balade effectuée au mois de novembre 2015, dès le pont franchi, je pénètre dans une autre Venise qui m'enchante. Je longe deux belles rangées d'arbres, aux couleurs d'or, Viale Quattro Novembre et j'aperçois le Bacino San Marco sous les pins du Parco delle Rimembranze, le Lido au loin.
De jolies maisons bordent ces allées et rendent le lieu paisible, coloré et harmonieux.
Arrivée au rio de S.Elena, je prends la viale Piave, puis un peu plus loin, je traverse par un  petit pont entre le stade et l'école militaire, qui m'emmène jusqu'à l'église et le couvent S.Elena.
Malheureusement l'église et cloître sont fermés, je suis déçue, je fais quelques vues à travers les grilles, le jour tombe...


L'église Sant'Elena sur l'île du même nom, cette île abrita un monastère dès 1175 et un hospice.
L'église fut bâtie en 1205, dédiée à Sainte Hélène, dont le corps (supposé) fut ramené de Constantinople en 1211 (et transféré plus tard à Rome). 
En 1806, le monastère est fermé par Napoléon, transformé en grenier à grains et les oeuvres dans l'église éparpillées un peu partout. 
En 1928, le portail original de l'église, d'Antonio Rizzo, déplacé à Sant'Aponal, fut remis à sa place. 
Après la désacralisation de 1806, le couvent des Olivetani a été en partie démoli. 
Il n'a été restauré qu'après que l'église soit rendue au culte. De l'ancien couvent, il reste un cloître du XVe siècle sur trois côtés, attenant à l'église, sous forme d'une loggia à arcs arrondis et linteaux. 
Un puits du XVIIIe siècle se trouve au centre du cloître.
L'île abrite aussi l'école militaire des Officiers Francesco Morosini

dimanche 8 mai 2016

Dans la douceur de Venise


Merci à mon amie Cleia qui est à Venise en ce moment et qui partage ce petit coin que tous les amoureux de Venise reconnaîtront facilement....

dimanche 3 avril 2016

À la recherche de la Venise de Serge Bassenko

Fenêtres vénitiennes

Texte d'Eléonore Mongiat
Photographies de Serge Bassenko


Venise est une des rares villes au monde... qui se fiche pas mal de la symétrie ! Elle met des fenêtres là où elle en a besoin, sans s'occuper de savoir si elles sont alignées, si elles ont la même taille, ou la même forme.




Pourtant, elle aime montrer de belles façades toutes décorées - celles qui étaient faites pour recevoir les hôtes et les marchandises - avec balcons sculptés et gracieuses ogives.




Mais le mur de briques réapparaît juste après le coin ; les fenêtres y sont plus simples, sans doute, mais tout aussi vivantes.





À Venise, les fenêtres sont faites pour se parler d'une maison à l'autre, pour étendre son linge, pour remonter la corde avec le petit panier que les grands-mères du voisinage ont garni de friandises.




Autrefois, les volets étaient ouverts et les mamans accoudées appelaient leurs enfants qui jouaient sur la place, ou elles discutaient avec la voisine du prix des courses, ou les papas donnaient de la voix au sujet de la barque qu'il fallait écoper après la pluie.




Et la plus élégante comme la plus humble des fenêtres avait ses pots de fleurs,





ou ses petites cages avec des oiseaux tout gais, ou de petits moulins à vent pour enfants qui tournicotaient avec un léger froufrou.




Dans les petits canaux, les fenêtres sont souvent presque à ras de l'eau, ou aujourd'hui à ras de terre quand le canal a été comblé. C'est là que l'amoureux venait sans bruit accoster sa barque et gratter au carreau de sa belle pour de tendres confidences.




Les fenêtres regardent avec bienveillance les petites cours intérieures, leur puits où on allait puiser l'eau et papoter avec les voisines, 



et les jardinets feuillus où se cachent parfois d'amicales statues.



Les notes mélancoliques d'un piano caressaient le petit canal et les maisons, et s'envolaient au milieu des éclats de voix et de rires vers le carré de ciel lumineux qui se découpait entre les toits.




Aujourd'hui, les fenêtres sont fermées. Les Vénitiens d'autrefois ne sont plus dans leur ville ou n'ont plus l'âge de dévaler les escaliers pour retrouver les copains et rire de leurs jeux. La marée vient et s'en va, un autre monde est là.





Envie de prolonger encore un peu la promenade ? Venez flâner parmi les photographies de Venise de Serge Bassenko, et découvrir la vie qui se cachait derrière les fenêtres vénitiennes dans son roman  " Il pleut, Venise en 1973 "  : 


Texte © Eléonore Mongiat
Photos © Serge Bassenko